separateur
Bannière

Publications

Issiaka Mandé, François Roch et Léa Lemay Langlois, «Afrique et développement»

Informations

Article icon 

Issiaka Mandé, François Roch et Léa Lemay Langlois, Afrique et développement, Paris, Riveneuve éditions, 2016

Résumé

Quelles incidences sur l’Afrique ont eu les quatre premières stratégies internationales pour le développement élaborées par les Nations Unies, ainsi que les programmes des Objectifs du millénaire pour le développement (OMD) et des Objectifs du développement durable (ODD) ?

Suivant une approche multidimensionnelle et pluridisciplinaire, ces textes abordent de nombreuses thématiques liées aux dimensions socioéconomique, environnementale, politique et sécuritaire du développement. L’avenir du développement passe-t-il, en Afrique comme ailleurs, par la capacité des peuples et des États à s’autodéterminer librement et à envisager leur développement en tenant compte des échecs passés ? Cela implique parfois de transcender les modèles capitalistes et anthropocentriques ; de « flirter » avec des paradigmes alternatifs. Le plus grand défi pour l’Afrique sera peut-être de concevoir son développement à l’aune de son propre paradigme en devenir.

Léa L. Fontaine, «Grève au vieux port de Montréal. Un flop !»

Informations

Article icon 

Léa L. Fontaine, «Grève au vieux port de Montréal. Un flop !», (2017) 67 À bâbord! 8

Résumé

 

Léa L. Fontaine, «À quand un vrai droit à la déconnexion ?»

Informations

Article icon 

Léa L. Fontaine, «À quand un vrai droit à la déconnexion ?», (2017) 68 À bâbord! 22

Résumé

 

Léa L. Fontaine, «Léa Roback: une figure féministe inconturnable»

Informations

Article icon 

Léa L. Fontaine, «Léa Roback: une figure féministe inconturnable», (2017) 68 À bâbord! 8-9

Résumé

 

Gaële Gidrol-Mistral, «Les biens immatériels en quête d’identité»

Informations

Article icon 

Gaële Gidrol-Mistral, «Les biens immatériels en quête d’identité», (2016) 46:1 Revue de droit de l'Université de Sherbrooke 67–138

Résumé

Une réflexion sur l’immatériel en droit des biens amène nécessairement à repenser les frontières des choses et des biens et à s’interroger sur le critère de rattachement à la catégorie des biens, en tant qu’objet du droit de propriété. Le constat semble sans appel : le dogme de la matière s’effrite, laissant peu à peu émerger un nouveau paradigme, celui de la valeur. La valeur, qui est à la fois valeur d’usage et valeur d’échange, dévoile une conception économique du bien qui interpelle. Pour autant, les choses n’ont pas été bannies du droit des biens, les biens n’étant pas seulement représentés par des droits. Ainsi, la catégorie des biens, ouverte aux biens immatériels, accueille des choses corporelles autant que des droits patrimoniaux et des choses sans corps. Cependant, cette mutation n’est pas sans connaître certains défis tenant à la difficulté du droit des biens à faire fi de la corporéité des choses. Alors que la tentation est grande de retrouver, voire de découvrir, dans ces nouveaux biens une trace de cette matérialité perdue, la question de la transposition du régime juridique de la propriété à ces nouvelles entités se pose.

Michael Hennessy Picard, «"Iraqnophobia: A Biomedical History of State-Rearing and Shock Doctrine in Iraq"»

Informations

Article icon 

Michael Hennessy Picard, «"Iraqnophobia: A Biomedical History of State-Rearing and Shock Doctrine in Iraq"» (2017) 30:1 International Journal for the Semiotics of Law 81

Abstract

The history of Western foreign policy in the Middle East has long assimilated Arab culture to sickness. Specifically, the biological episteme of “contamination” has shaped American foreign policy in the Gulf for decades. In so doing, the US Government continually borrowed references from the natural sciences to frame its foreign policy, leading some commentators to claim that biology supplanted philosophy and religion as the primary political category. The article analyses the semantics of Iraqnophobic metaphors, from the British experience of “nursing” Arabs at the close of the First World War to the recent “shock doctrine” of American therapists. First, the paper will concentrate its attention on the metaphors of disinfection and surgical resection. Second, it will address the metaphors of lustration, State-rearing and scientific recovery. Finally, it will explore Iraqis’ rebellion against their self-appointed tutors and doctors. Elaborating on the belligerents’ nursing and biomedical metaphors, the following pages address the life cycle of foreign “legal transplantation”, “antibody” resistance and “immunosuppressant” counterinsurgency in Iraq.

Gaële Gidrol-Mistral, Thuy Nam Tran Tran, « Un droit des biens sous influence »

Informations

Article icon 

Gaële Gidrol-Mistral, Thuy Nam Tran Tran, « Un droit des biens sous influence », Rapport québécois. Tiers et biens, dans Les Tiers. Travaux de l’Association Henri Capitant, Journées panaméennes de Panama et Chitré, t. LXV, Paris, éd. LB2V et Bruylant, 2016, p. 427.

Résumé

Identifier la catégorie des tiers et déterminer leur régime est un enjeu essentiel : on rencontre en effet la figure du tiers dans de nombreuses branches du droit, ce qui soulève des questions à la fois théoriques et pratiques.

C’est pourquoi l’Association Henri Capitant a choisi, pour la première fois, de consacrer aux Tiers le thème de ses Journées internationales de droit comparé.

Aussi, ce 65e volume réunit-il les contributions présentées lors des rencontres qui se tinrent à Panama City (Université de Panama) puis à Chitré (Faculté de Droit de Chitré) des 18 au 22 mai 2015 : elles y réunirent plus de 100 universitaires, avocats et notaires de tous horizons.

C’est dire l’intérêt des analyses délivrées par 58 rapporteurs issus de 19 pays et rassemblées dans cet ouvrage.

Sommaire de l’ouvrage :
– Tiers et contrat (rapporteur général : Rodolfo SACCO, Italie) ;
– Tiers et biens (rapporteur général : Gilberto BOUTIN, Panama) ;
– Tiers et procédure (rapporteur général : Thierry HOSCHEIT, Luxembourg) ;
– Tiers et droit public (rapporteur général : Christophe RAPIN, Suisse).
Rapport de synthèse : Hugues PERINET-MARQUET, France.

Elsa Acem, «La Régulation de la Réutilisation du Matériel Médical à Usage Unique au Québec»

Informations

Article icon 

Elsa Acem, «La Régulation de la Réutilisation du Matériel Médical à Usage Unique au Québec» (2016) 9:2 RD & santé McGill 255

Résumé

La réutilisation du matériel médical à usage unique, comme les dialyseurs, les cardiostimulateurs ainsi que les cathéters, est un chapitre de l’histoire du système de santé québécois qui demeure méconnu par un grand nombre de juristes et de citoyens. Or, cette pratique, jamais explicitement interdite par une règle de droit au Québec, a néanmoins fait l’objet d’une régulation par le biais de normes diverses, dont une directive quasi règlementaire, des énoncés politiques du ministère de la Santé et des Services sociaux, et plusieurs rapports d’organismes consultatifs comme le Conseil d’évaluation des technologies de la santé du Québec (devenu maintenant l’Institut national d’excellence en santé et en services sociaux), l’Association des hôpitaux du Québec, et le Centre provincial de référence en stérilisation. Cet article examine en détail le portrait normatif de la régulation de la réutilisation des instruments jetables au Québec depuis 1976 et conclut que l’État québécois sembleavoir fait le choix d’encadrer cette pratique grâce à un mode de régulation par processus de délibération qui vise à obtenir le consensus des acteurs effectuant la réutilisation, c’est-à-dire les soignants et les établissements de santé.

Abstract

The reuse of single-use devices, such as dialyzers, pacemakers, and catheters, is a chapter of Québec history that remains unknown to many in the legal community, as well as a large number of citizens. This practice was never formally prohibited through regulations or legislation in Québec, but a certain type of normative framework emerged over the years, composed of a quasi-regulatory directive from the Ministry of Health and Social Services, as well as several reports from consultative agencies such as the Conseil d’évaluation des technologies de la santé du Québec (now the Institut national d’excellence en santé et en services sociaux), the Association des hôpitaux du Québec, and the Centre provincial de référence en stérilisation. This article examines in detail the informal regulation of the reuse of single-use devices in Québec since 1976 and concludes that Québec seems to have purposely chosen to adopt a model of regulation through deliberation that aimedin reuse, that is, health care professionals and hospitals.

Stéphanie Bernstein, «Canada» dans Resolving Individual Labour Disputes: A comparative overview

Informations

Article icon 

Stéphanie Bernstein, «Canada» dans Resolving Individual Labour Disputes: A comparative overview, dir, Minawa Ebisui, Sean Cooney et Colin Fenwick, International Labour Office, Geneva, 2016 aux pp 63-102

 

Abstract

The number of individual disputes arising from day-to-day workers’ grievances or complaints continues to grow in many parts of the world. The chapters in this book cover individual labour dispute settlement systems in Australia, Canada, France, Germany, Japan, Spain, Sweden, the United Kingdom and the United States.

Each chapter examines and assesses the institutions and mechanisms for settlement of individual labour disputes, including the procedures and powers available, the interaction of these institutions and mechanisms with other labour market institutions (e.g. collective bargaining and labour inspection) and the broader system for resolution of legal disputes (e.g. courts of general jurisdiction, specialist commissions and tribunals).

 

Hugo Cyr, «Treaty Powers of Federated States and International Law»

Informations

Article icon 

Hugo Cyr, «Treaty Powers of Federated States and International Law» (2017) 17 Jus Politicum (http://juspoliticum.com/article/Treaty-Powers-of-Federated-States-and-International-Law-1117.html)

Résumé

La prétention qu’il existe un jus tractatus internationalement reconnu pour les États fédérés est souvent accueillie aux États-Unis et au Canada (anglais) avec un profond scepticisme. Au mieux, les interlocuteurs semblent prêts à reconnaître la capacité des États fédérés à prendre des engagements politiques non juridiquement contraignants ou à conclure des contrats. La capacité des Etats fédérés de conclure des traités internationaux apparaît comme une extravagance ! C’est pourquoi nous examinerons d’abord ce que le droit international a à dire sur le jus tractatus des États fédérés (I). Afin d’expliciter ces règles, nous allons présenter comment différentes Fédérations (ou quasi-fédérations) traitent la question. Après avoir discuté des questions juridiques soulevées par le jus tractactus des États fédérés, nous examinerons dans la deuxième partie de cet article les considérations de politiques publiques qui justifient de telles positions (II).

Abstract

Claims of the existence of an internationally recognized jus tractatus for federated states are often welcomed in the United States and (English-)Canada with profound scepticism. At best, interlocutors appear ready to recognize the capacity of federated states to make non-legally binding political commitments or contracts. Capacity for federated states to conclude international treaties appears like an outlandish extravagance! This is why we will first examine what international law has to say about federated states’ jus tractatus (I). In order to explicit such rules, we will present how different Federations (or quasi-federations) deal with the issue. After having discussed the legal issues raised by the jus tractactus of federated states, we will examine in the second part of this article the policy considerations that justify such positions (II). 

 

icon youtube  icon facebook  icon linkedin  icon twitter  icon instagram