Auteur : fredette_d

Concours de bourses de l’automne

Plusieurs centaines de bourses sont offertes aux étudiantes et aux étudiants de l’UQAM de tous les cycles cet automne. Ces bourses sont octroyées par la Fondation de l’UQAM, par des programmes institutionnels, par des organismes subventionnaires ainsi que par des initiatives facultaires et départementales. Le concours de bourses est ouvert du 15 septembre au 13 octobre 2021.

Postuler pour une bourse

L’offre globale de bourses est disponible sur le site des bourses d’études. Pour être éligible, chaque étudiante ou étudiant doit d’abord compléter et valider son profil, qui servira aux comités d’attribution lors de l’évaluation du dossier.

Pour plus d’information sur la recherche de bourses ou pour la création de son profil, on peut consulter le site wiki de l’équipe des bourses des Services à la vie étudiante.

‘World-repairing’ and ‘non-religious’ in law: antithetical notions or new mindsets? | Dia Dabby

Dia Dabby, “‘World-repairing’ and ‘non-religious’ in law: antithetical notions or new mindsets?” dans Lori G. Beaman & Timothy Stacey (dir.), Nonreligious Imaginaries of World Repairing (London, Palgrave Macmillan, 2021), 117-125 (https://www.palgrave.com/gp/book/9783030728809).

Sommaire: This chapter seeks to engage with law’s understanding of non-religious commitments. When brought before the courts, these engagements are expressed and justified through the language of ‘culture’, ‘spirituality’ or ‘philosophy’. Drawing on three recent cases from Canadian, American and British jurisdictions, this chapter contends that the non-religious commitments conveyed offer distinctive elements to understanding what non-religion and ‘world-repairing’ (the latter as coined by Linda Woodhead) look like in law’s realm. This chapter suggests that particular citizenship-building capacities are developed through these case studies and also invite closer scrutiny on how we understand and articulate considerations related to time and visibility in the context of non-religious claims. Ultimately, this chapter invites the reader to consider non-religious commitments in law as ‘otherworldly’ engagements, in order to offer a more textured understanding of how different people can get along.

Récipiendaire de la Médaille du Barreau de Montréal

Autrefois enseignante au Département des sciences juridiques, Mme Westmoreland-Traoré se voit remettre la Médaille du Barreau de Montréal. Tout au long de sa carrière, riche en expériences variées, elle a combattu la discrimination raciale et ethnique et a toujours lutté pour les droits des femmes. 

Mme Westmoreland-Traoré enseigne à la Faculté de droit de l’Université de Montréal de 1972 à 1976 et au Département des sciences juridiques de l’UQAM de 1976 à 1985. Une fois à la retraite, elle est toujours aussi impliquée au sein de sa communauté.

Pour voir le portrait complet de cette future lauréate cliquer ici.

In Memoriam – Jean-Pierre Villaggi

Notre cher collègue et ami Jean-Pierre Villaggi nous a quittés le dimanche 25 juillet après une brève maladie. Spécialiste renommé de droit social, du droit administratif, du droit du travail et des rapports entre la psychologie et le droit, il a été professeur au Département des sciences juridiques de 1990 à 2017, après une carrière à la Commission des services juridiques et au Centre communautaire juridique de la Rive-Sud comme avocat plaidant en droit social. Il aura d’ailleurs représenté des personnes et des groupes défavorisés devant des instances de tous les niveaux, des tribunaux administratifs à la Cour suprême du Canada.

À l’UQAM, il a établi l’étalon or Jean-Pierre Villaggi, une expression au Département et à la Faculté qui renvoie à l’intégrité et à l’authenticité dans la carrière professorale. Jean-Pierre a marqué le Département par son leadership respectueux, sa générosité sans limites, sa grande sensibilité, son écoute, son ouverture, son respect et son sens des autres. D’un jugement sûr, il était le sage vers lequel étudiantes, étudiants, et collègues pouvaient se tourner pour obtenir les conseils judicieux dont elles, ils avaient besoin. Son calme et son humilité faisaient de lui une personnalité rassurante au sein du Département. Cela était d’autant plus accentué par son sourire et son attitude des plus accueillantes.

Comme enseignant dans les domaines du droit administratif, du droit social et du travail et comme maître de stage, il a accompagné un nombre incalculable d’étudiants vers la réussite.

La production scientifique exemplaire de Jean-Pierre Villaggi est toujours restée bien ancrée dans les besoins de la communauté, comme en témoigne son ouvrage La protection des travailleurs : l’obligation générale de l’employeur, paru en 1996 (475 p.). De même, ayant tiré profit de ses études en psychologies et en droit, il a fourni en 2001 un outil important aux juristes avec son livre Évaluation psychologique dans le contexte légal : sources et commentaires (284 p.). Son œuvre la mieux connue est sans aucun doute l’Administration publique québécoise et le processus décisionnel, paru en 2005 (749 p.), un incontournable dans le domaine. Il a aussi fréquemment collaboré avec Jean-Yves Brière avec lequel il a cosigné des ouvrages comme La protection des renseignements personnels dans le secteur privé (1995, 143 p.)) et Le contrat de travail : vos droits, vos obligations (1996, 267 p.) et, à partir de 1996, ont produit ensemble pendant près de 20 ans le recueil d’actualité Relations de travail. Tous deux ont également collaboré avec Réjane Caron pour publier Accomplir l’équité salariale : guide pratique (2000, 191 p.) et l’Assurance-emploi, loi commentée (multiples éditions). Ils ont également collaboré avec Fernand Morin et Rodrigue Blouin pour publier Droit de l’arbitrage de grief (plusieurs éditions), de nouveau avec Fernand Morin et cette fois Dominic Roux et Jean-Yves Brière pour publier Le droit de l’emploi au Québec (2010, 2030 p.) et avec Murielle Drapeau et Richard Mailhot pour publier Gestion des ressources humaines (1999, 290 p.) Ce survol rapide de la production scientifique de Jean-Pierre Villaggi démontre non seulement son engagement soutenu envers les causes sociales, mais aussi sa grande capacité de travailler en collaboration.

Jean-Pierre a aussi dirigé le Département de 2001 à 2004, en menant par l’exemple, en étant au cœur des enjeux et en trouvant des solutions consensuelles et rassembleuses. Ce n’était pas une mince affaire puisqu’il a alors piloté en cette courte période le renouvellement de près du tiers du corps professoral du département. Il a fait preuve de la même bienveillance en tant que Vice-doyen aux études à la Faculté de science politique et de droit de 2008 à 2009. Jean-Pierre a par ailleurs été le mentor de plusieurs jeunes professeures et professeurs auxquels il avait parfois enseigné, qu’il a aiguillé et conseillé à leurs débuts dans le monde académique.

Il avait à cœur d’assurer la relève par le transfert des savoirs théoriques, mais aussi des « savoir-faire » et des « savoir-être ». Outre sa participation au sein de divers comités du Barreau, il a d’ailleurs été très impliqué dans la formation au-delà de son enseignement universitaire. En effet, il a été fort actif auprès de l’École du Barreau où il a aussi prodigué ses enseignements. Outre les articles de droit substantif qu’il a écrits pour les manuels de formation de l’École, il a aussi rédigé un ouvrage intitulé Consultation : Établir une relation de consultation en 1988 (166 p.) pour mieux former les jeunes juristes aux réalités de la pratique.

Une telle formation intégrée de la théorie et de la pratique lui semblait essentielle pour réaliser l’idéal de justice sociale qui a porté l’ensemble de sa carrière. Par-delà son engagement universitaire, Jean-Pierre mettait aussi ses talents et habiletés au service du bien commun et était donc un médiateur et arbitre de griefs des plus prisés.

Jean-Pierre Villaggi vivait l’UQAM au quotidien et en incarnait les valeurs et les idéaux. Il nous a légué un modèle de l’universitaire dans la cité qui suscite l’admiration et nous invite à l’émulation.

Merci Jean-Pierre.
 

Par Hugo Cyr et Bernard Duhaime
Avec la collaboration d’André Riendeau

Prix d’excellence en enseignement 2021

Toutes nos félicitations à la chargée de cours au Département des sciences juridiques, Valérie Bouchard, pour l’obtention du prix d’excellence en enseignement 2021. Elle a également reçu une subvention de 5 000 dollars qu’elle pourra utiliser dans le cadre de ces activités d’enseignement.

« Passionnée », « dévouée », « disponible », « généreuse », « hautement compétente ». Voilà les termes qu’utilisent les proches collaborateurs de Valérie Bouchard pour la décrire. Chargée de cours à l’UQAM depuis 2011, elle dispense, notamment, les cours sur l’introduction aux fondements du droit, l’introduction à l’étude du droit et à la méthodologie juridique, les aspects juridiques de la pratique artistique, le droit de l’informatique et le droit des documents et des archives. Cliquer ici pour la suite de l’article du bulletin de l’UQAM

Concours de dissertation Jacques-Yvan Morin en droit international 2020-2021

À l’occasion de l’édition 2020-2021 du concours de dissertation Jacques-Yvan Morin (anciennement, le concours Matthieu-Bernard), la Société québécoise de droit international invite les étudiant-e-s du baccalauréat et des cycles supérieurs de tous les programmes de droit et d’études internationales du Canada à rédiger une dissertation sur un sujet en lien avec le droit international.

Cliquer ici pour plus d’informations sur les modalités d’inscriptions.

Regards de l’IEIM – Environnement et droits humains

Ce document a été rédigé par Touwendé Roland Ouédraogo, candidat au doctorat et chargé de cours au département des sciences juridiques de l’UQAM, 7 juin 2021

À l’occasion de la Journée mondiale de l’environnement, célébrée le 5 juin, dont le thème en 2021 est « Réimaginer. Recréer. Restaurer », l’IEIM est heureux de vous proposer un texte sur l’environnement et les droits humains, depuis différentes perspectives – québécoise, canadienne et internationale.

«Plusieurs États de par le monde reconnaissent des liens étroits entre environnement et droits humains en consacrant dans leur législation ou constitution un droit humain à un environnement sain. En la matière, le Québec a une légère avance sur le Canada qui est à la traine par rapport à plusieurs autres États.»

«Le récent Projet de loi C-28, Loi sur le renforcement de la protection de l’environnement pour un Canada en santé, ouvre de nouvelles perspectives pour le Canada en matière de droit à un environnement sain.»

Découvrez le texte complet, publié dans le cadre de la série Regards de l’IEIM.

Le prix de rédaction CMLA sur la liberté d’expression

L’Association canadienne des avocats en droit des média est une association dédiée à la promotion et à la protection de la liberté d’expression à travers le Canada. Notre objectif est de réaffirmer quotidiennement, dans chaque tribunal de notre pays, l’importance de cette liberté. L’ACADM offre le Prix de rédaction pour un article encourageant la liberté d’expression.

Montant : 2 500 $

Sujet : Un article original encourageant le droit à la liberté d’expression et la liberté de presse au Canada. Les articles qui auront une utilité pratique sont particulièrement les bienvenus.

Date d’échéance : Le 1 octobre 2021. Le gagnant sera annoncé en novembre 2021

Éligibilité : Tous les étudiants des facultés de droit au Canada (LL.B/JD ou LL.M). Les candidats qui gradueront en 2021 ou plus tard. Afin d’être éligibles, les articles soumis ne doivent pas avoir été publiés ni avoir reçus de prix ailleurs.

Longueur  demandée : Un maximum de 10 000 mots.

Publication : L’ACADM publiera l’article gagnant sur son site web à http://canadianmedialawyers.com et dans son matériel de conférence. Le gagnant sera aussi encouragé à faire publier son article dans un journal académique ou toute autre publication.

Soumissions : Soumettez votre candidature à anitam000@gmail.com avec vos nom et informations nominatives. L’ACADM se réserve le droit de ne pas attribuer de prix s’il n’y a pas d’article approprié reçu.

Bienvenue à Catherine Mathieu

Depuis le 1er juin, Catherine Mathieu est officiellement professeur au département des sciences juridiques.

Voici quelques informations sur Catherine Mathieu
Elle détient un baccalauréat en affaires publiques et relations internationales et un baccalauréat en droit de l’Université Laval. Elle y a également complété une maîtrise en droit constitutionnel tout en travaillant à titre de conseillère au Secrétariat aux relations intergouvernementales canadiennes. Après ses études, Catherine a obtenu un poste d’auxiliaire juridique à la Cour suprême du Canada auprès de l’honorable juge en chef Beverley McLachlin, puis a travaillé à titre d’avocate en litige civil et commercial chez Woods. À l’automne 2018, elle a commencé son doctorat en droit à l’Université McGill, sous la supervision de la professeure Johanne Poirier et est récipiendaire de la Bourse d’études supérieures du Canada Vanier. Sa thèse examine les enjeux soulevés par l’interrelation et les chevauchements entre la législation provinciale et fédérale en matière de protection du consommateur. Elle agit depuis quatre ans à titre d’instructrice de l’équipe de l’Université McGill pour le concours de plaidoirie Laskin et siège sur le comité exécutif de la section Droit administratif de l’Association du Barreau canadien, division Québec. Ses champs d’intérêt sont le droit administratif et le droit constitutionnel, plus particulièrement l’interaction entre ces deux domaines de droit et le droit de la consommation.

Bienvenue au département!

Emplois au gouvernement du Québec

Consultations individuelles avec des représentants de la fonction publique du Québec

La fonction publique du Québec regroupe environ 60 000 employées et employés répartis dans une vingtaine de ministères et une soixantaine d’organismes gouvernementaux.

Quels domaines d’emplois sont en demande ? Quelles sont les étapes du processus d’embauche ? Quels avantages et conditions de travail sont offerts ? etc.

Pour répondre à toutes vos questions, des représentants de la fonction publique du Québec se tiennent à votre disposition lors de consultations individuelles à distance, aux dates suivantes :

  • Jeudis 13 et 27 mai 2021
  • Jeudis 3 et 17 juin 2021

Pour vous inscrire : communiquez avec les Services à la vie étudiante au 514 987-3185.

Les places sont limitées.

Département des sciences juridiques

Le Département des sciences juridiques priorise la promotion et la défense de la justice sociale en apportant une réponse fondée sur le droit aux préoccupations des citoyennes et citoyens et des groupes sociaux d’ici ou d’ailleurs dans le monde. Notre département est un laboratoire d’analyse critique du rôle que joue le droit dans la société et de la place que joue le social dans le droit.

Coordonnées

Département des sciences juridiques
455, boul. René-Lévesque Est
Montréal (Québec)  H2L 4Y2