Auteur : giraud_c

Droit des rapports collectifs du travail au Québec, 3e édition, volume 1 – Le régime général | Laurence Léa Fontaine

Par : Michel CoutuLaurence Léa FontaineGeorges MarceauUrwana CoiquaudJulie Bourgault

Le Droit des rapports collectifs du travail au Québec se veut d’abord un manuel visant à combler les besoins d’apprentissage des étudiants en droit du travail et en relations industrielles, de même qu’un livre de référence destiné à servir les praticiens de ces deux disciplines. Mais il s’agit également d’une étude critique du droit des rapports collectifs du travail animée d’une double perspective théorique : mettre en lumière les carences de ce droit à l’heure de la mondialisation et de la crise économique et financière qui l’accompagne depuis 2008; souligner les possibilités qu’offre aux acteurs la mobilisation des normes juridiques vu la nouvelle vigueur des mouvements sociaux, ici et ailleurs.

L’ouvrage, tout en donnant un exposé précis de l’état du droit en la matière, entend donc apporter une contribution originale à la réflexion critique sur les rapports collectifs du travail dont l’importance économique, sociale et politique, grandement mise à mal à l’échelle de l’Amérique du Nord, demeure pourtant manifeste en contexte québécois.

Cette édition présente la matière en deux volumes. Le Volume I, intitulé Le régime général, traite des fondements du droit des rapports collectifs du travail et en expose le régime général, tel que le détermine le Code du travail du Québec. L’approfondissement de ce régime général permet de mieux rendre compte, dans le cadre de cette seconde édition, du travail capital accompli par la Commission des relations du travail (CRT). Le Volume II (Les régimes particuliers) présente une analyse d’ensemble des régimes particuliers de négociation collective, de plus en plus nombreux au Québec. Sont considérées de manière approfondie les normes propres au secteur public et aux services essentiels, aux décrets de convention collective, à l’industrie de la construction, aux ressources familiales dans le secteur de la santé et des services sociaux, à la situation des cadres, etc.

En savoir plus.

Nouveau site web des bibliothèques

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est biblio_mobile_0926_w.jpg.
Grâce à l’outil LibCal, le site permet aux usagers de réserver une salle de travail sans devoir passer au comptoir de la bibliothèque pour effectuer la réservation et obtenir une clé.
Photo: Nathalie St-Pierre

L’interface du site a été revue afin de favoriser la consultation sur un appareil mobile.

Le Service des bibliothèques a un nouveau site web doté d’une interface adaptative. Conçu en collaboration avec le Service de l’audiovisuel, ce nouveau site permet un affichage optimal des pages sur tous les écrans: ordinateurs, tablettes et téléphones. «Les usagers peuvent dorénavant utiliser toutes les fonctionnalités du site sur leur appareil mobile: trouver un document dans Virtuose, réserver une salle de travail à la dernière minute ou poser une question au personnel», illustre Tristan Müller, directeur du développement technologique au Service des bibliothèques.

Cette nouvelle interface respecte les standards sur l’accessibilité des sites web, notamment pour les usagers ayant des troubles d’apprentissage, cognitifs ou visuels. «Des tests de convivialité ont été réalisés avec des membres du personnel et de la communauté étudiante correspondant à différents profils académiques pour s’assurer de répondre aux réflexes communs de navigation et de recherche sur un site web», ajoute Tristan Müller.

Grâce à l’outil LibCal, le site permet aux usagers de réserver une salle de travail sans devoir passer au comptoir de la bibliothèque pour effectuer la réservation et obtenir une clé. «L’inscription aux formations documentaires est également simplifiée et beaucoup plus efficace», conclut le directeur.

Source : Actualités UQAM

Concours de bourses | Automne 2019

La Fondation de l’UQAM remettra 256 bourses totalisant 600 150 dollars à l’issue du concours de l’automne 2019.

Le concours de bourses se ternine le 15 octobre prochain.
Photo: Nathalie St-Pierre (archives)

La Fondation de l’UQAM a lancé son concours de bourses de l’automne 2019. Grâce à la générosité des donateurs, 256 bourses seront remises aux étudiants de l’Université, pour un montant total de 600 150 dollars.

Les bourses d’excellence, de persévérance, de soutien financier, d’implication sociale, pour étudiants parents, pour étudiants en situation de handicap, pour étudiants-athlètes et plus encore sont offertes aux étudiants à temps plein comme à temps partiel. Les étudiants étrangers peuvent aussi poser leur candidature pour de nombreuses bourses.

Les étudiants bénéficiant du Programme de prêts et bourses du ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur sont admissibles au programme de bourses de la Fondation.

Pour poser sa candidature, il suffit de consulter le répertoire institutionnel des bourses d’études et de rechercher les bourses qui correspondent à son profil.

Le concours de bourses se termine le 15 octobre.

Les Services à la vie étudiante organisent cette année encore des séances d’information afin d’aider les étudiants dans leurs démarches.

Séances d’information sur les bourses d’études:

Mercredi 2 octobre 2019 (11 h 45 à 13 h 45) – pavillon PK, niveau M

Mardi 8 octobre 2019 (11 h 45 à 13 h 45) – endroit à confirmer

Jeudi 10 octobre 2019 (11 h 45 à 13 h 45) – endroit à confirmer

Mardi 15 octobre 2019 (11 h 45 à 13 h 45) – endroit à confirmer

Source : Actualité UQAM

Lauréat du Prix de la justice du Québec 2018

Jean-Pierre Ménard (LL.B., 1978)

La Faculté de science politique et de droit félicite chaleureusement Me Jean-Pierre Ménard (LL.B., 1978), lauréat du Prix de la justice du
Québec 2018.

Ardent défenseur des droits des usagers du système de santé, Me Ménard est reconnu pour son engagement indéfectible
à l’endroit des personnes vulnérables ainsi que pour sa contribution remarquable à la promotion des droits des citoyens en matière de santé.

L’Université est fière de rendre hommage à ce diplômé et citoyen d’exception qui a consacré sa carrière à la défense du bien commun.

Lire le portrait de Jean-Pierre Ménard dans Actualités UQAM.

Si le droit m’était conté | François Ost

Dire le droit en racontant des histoires : c’est le pari tenu par François Ost, qui publie aux Editions Dalloz un recueil de 8 contes juridiques

François Ost va publier aux Editions Dalloz un recueil de contes juridiques Si le droit m’étaitconté. L’ouvrage, premier dugenre, est composé de huit récits. 

Paris, le 12 juillet 2019 – Les enseignants de droit en rêvaient, il l’a fait. Pouvoir exploiter laforce séductrice des histoires pour avancer une thèse juridique. C’est le parti pris de François Ost dans son prochain recueil de contes, Si le droit m’était conté.

La démarche est nouvelle. En effet, si Dalloz avait déjà ouvert la voie au mouvement « Droit et littérature » en publiant, il y a un an, l’Analyse juridique des contes de fées, cet ouvrage relèveaujourd’hui un nouveau défi en offrant une vision du droit par le récit uniquement.

Huit contes constituent ce recueil. L’auteur y raconte tantôt l’arche de Noé, tantôt le procès de Martin,l’ours condamné pour être né avec cinq pattes. Un autre conte aborde une sombre affaire de clonage, tandis que d’autres dépeignent un naufrage ou des discussions juridiques durant le Jugement dernier.

Cette fois, nul commentaire, place à la narration seule. Seules quelques questions juridiques sont posées à la fin de chaque nouvelle. Elles sont destinées à inviter au débat : quelle définition juridiquedonner à l’humanité ? A quoi sert le droit ? Les contes ouvrent des pistes de réflexion sans apporter de réponse figée.

Il en résulte un recueil novateur (le premier du genre), accessible et distrayant, car le plaisir del’écrivain est contagieux. De plus, l’ajout de pistes de débats favorise une démarche interactive. Les nouvelles abordent également des questions d’actualité, susceptibles de toucher facilement les étudiants. Si le droit m’était conté constitue donc un support précieux pour les enseignants de droit désireux de passionner leurs élèves.

L’ouvrage sera commercialisé le 2 octobre 2019. Le lecteur pourra se le procurer sur le site de editions-Dalloz.fr et chez les libraires.

Références de l’ouvrage :

  • Edition : 2 octobre 2019
  • Hors collection
  • Auteur : François OST
  • Nombre de pages : 216
  • Prix : 19€

A propos de l’auteur :

Juriste et philosophe, François OST est membre de l’Académie royale de Belgique. Fondateur de l’Académie européenne de théorie du droit, il a enseigné à Bruxelles et Genève ; il estprofesseur émérite invité à l’Université Saint-Louis (UCL, Bruxelles). Auteur de plusieurs pièces de théâtre, il se consacre désormais aux rapports entre droit et littérature.

Les Editions Dalloz ont été fondées en 1845 et comptent parmi les acteurs-clés du marché del’édition juridique professionnelle et universitaire.
https://www.editions-dalloz.fr/

Contacts presse :

F. Robert
Service marketing des éditions Dalloz, Direction librairie et universitaire, 01.40.64.12.84 – fl.robert@dalloz.fr

Conférence Maximilien-Bibaud 2019

La SQDI est heureuse de vous convier à l’édition 2019 de la Conférence Maximilien-Bibaud. Cette année, la SQDI a l’honneur de recevoir l’honorable Michèle Rivet, première présidente du Tribunal des droits de la personne du Québec et professeure associée à la Faculté de droit de l’Université de Sherbrooke.

L’activité sera suivie d’un cocktail celebrant la nomination de Mme Rivet comme membre d’honneur de la SQDI. Suivez l’événement facebook pour les détails à venir.

Lucie Lemonde | Docteure d’honneur en droit

Lucie Lemonde, docteure d’honneur en droit, pionnière de la pratique et de l’enseignement du droit carcéral au Québec et au Canada.
Lucie Lemonde, docteure d’honneur en droit, pionnière de la pratique et de l’enseignement du droit carcéral au Québec et au Canada.
Photo : UdeS – Martin Blache

Lucie Lemonde est une pionnière de la pratique et de l’enseignement du droit carcéral au Québec et au Canada. Grand nombre de ses travaux, maintes fois cités par les tribunaux, sont considérés comme des incontournables dans le domaine. Après avoir accédé au Barreau en 1974, elle travaille pendant plusieurs années comme avocate spécialiste en droit carcéral et constitutionnel. Vers la fin des années 1980, elle s’oriente vers une carrière universitaire et devient professeure au Département des sciences juridiques de l’Université du Québec à Montréal.  Entre temps, elle poursuit ses études aux cycles supérieurs, jusqu’à l’obtention de son doctorat en 1995.

Durant son parcours, Lucie Lemonde publie trois monographies et une trentaine d’articles, en plus d’occuper plusieurs postes importants. Elle est présidente de la Ligue des droits et libertés entre 1994 et 2000. Résolument engagée, elle collabore à plusieurs rapports de recherche sur des sujets criants d’actualité et mène diverses interventions et missions d’observation sur les droits, les libertés et l’impunité un peu partout dans le monde.

Son engagement social et sa contribution remarquable à l’avancement des connaissances en droit lui valent de nombreuses distinctions, dont le prix Pierre-Dansereau décerné par l’Association francophone pour le savoir en 2015. Elle est source d’inspiration non seulement pour les juristes, mais pour tous les membres de la société.

Source : usherbrooke.ca

Département des sciences juridiques

Le Département des sciences juridiques priorise la promotion et la défense de la justice sociale en apportant une réponse fondée sur le droit aux préoccupations des citoyennes et citoyens et des groupes sociaux d’ici ou d’ailleurs dans le monde. Notre département est un laboratoire d’analyse critique du rôle que joue le droit dans la société et de la place que joue le social dans le droit.

Coordonnées

Département des sciences juridiques
455, boul. René-Lévesque Est
Montréal (Québec)  H2L 4Y2